Jean-Louis Etienne
 
 
 
Jean-Louis Etienne - Seul sur la banquise
L'adaptation de l'homme au froid
 
Transmission –Sécurité - Secours
 
Jean-Louis Etienne - Atmosphère et météo
L'atmosphère terrestre  
 
Prévision météo et modélisation  
 
Le climat polaire  
 
Le bilan énergétique solaire  
 
L'effet de serre  
 
Jean-Louis Etienne - Glaces arctiques
Banquise : glace de mer  
 
Les satellites observent la banquise  
 
Icebergs : glace d'eau douce  
 
Les glaces : archives du climat  
 
Glaciations et paysages  
 
Jean-Louis Etienne - Océan et vie marine
L’Arctique et la circulation océanique  
 
Genèse de l’océan Arctique  
 
Le plancton arctique  
 
Biodiversité marine et réseau alimentaire  
 
Baleines et autres Cétacés  
 
Phoques et Morses  
 
Jean-Louis Etienne - Vie terrestre
La flore polaire  
 
La faune polaire  
 
L'ours blanc  
 
Les oiseaux de l'Arctique  
 
Evolution des espèces et climat  
 
Jean-Louis Etienne - Histoire et géographie
Géographie des régions arctiques  
 
Pôle Nord géographique, Pôle Nord Magnétique  
 
A qui appartient l'Arctique ?  
 
Les découvreurs du Grand Nord  
 
Les Inuits  
 
Les autres peuples du Grand Nord  
 
L'Arctique aujourd'hui  
 
Jean-Louis Etienne - Impact de l'homme
L'homme et la biodiversité arctique  
 
Pollutions en Arctique  
 
Réchauffement : les cycles naturels  
 
L'augmentation de l'effet de serre  
 
Les conséquences du réchauffement  
 
 
 
Vie terrestre
La flore polaire
 
 

Un monde végétal blotti sur les terres boréales
Immenses espaces enneigés en hiver, marécages et roches à nu en été, les terres arctiques cachent pourtant, plusieurs centaines d'espèces de plantes (170 au Spitzberg, plus de 500 dans le nord de la Norvège), sans compter les algues, les mousses, les lichens et les champignons.

La toundra, une vaste moquette colorée
Le vent et la pauvreté nutritive du sol limitent la croissance des plantes arctiques. Elles s'étalent et forment un tapis composé de sphaignes, de lichens mais aussi de plantes à fleurs comme les myrtilles, saxifrages, linaigrettes, silènes, renoncules, laîches ou pavot arctique. Seuls bouleaux nains et saules polaires s'élèvent à plus de quelques centimètres au-dessus du sol.

Résister à un rude, long et sombre hiver
Pour éviter que le vent glacial ne les dessèche et ne les crible de cristaux de glace, les plantes arctiques utilisent tous les moyens : elles rampent, poussent serrées en coussins ou en tapis, ou encore s'abritent derrière les pierres ou dans les creux. Certaines même se déshydratent avant l'hiver pour que leurs tissus n'éclatent pas au gel.

Profiter d'un bref été sans nuit
Même l'été, le sol arctique reste gelé en profondeur (pergélisol). Mais les plantes, petites et étalées, profitent rapidement de la chaleur renvoyée par le sol. Couleurs sombres absorbant l'énergie solaire, orientation des feuilles et des fleurs vers la lumière, poils retenant la chaleur comme de la fourrure, sont des outils qu'elles utilisent pour vivre et proliférer.

 

 
 
 
 
Contact Lettre d'information Aide Crédits Mentions légales Espace presse
Jean-Louis Etienne  English version
Septième continent - La maison d'édition