Jean-Louis Etienne - Actualités
  Médias et Conférences | Environnement et sciences | Expédition en cours
 
 
Jean-Louis Etienne
 
2015
avr.
2014
juin.
2011
nov.déc.
2009
avr.
 
 
 
 
jeudi 26 juin 2014
Changement climatique : Risky Business
En décembre 2015, Paris accueillera la COP 21, la conférence mondiale sur le climat organisée par les Nations Unies. Cest une échéance majeure que la France, pays hôte, se doit de réussir pour éviter que Paris ne soit associé à un échec comme la été Copenhague à la tristement célèbre COP15 de 2009. Toutes les initiatives citoyennes visant à promouvoir lurgence de réduire les émissions de gaz à effet de serre sont bienvenues. Les ONG sy emploient activement. Les politiques ont besoin de ces mobilisations populaires qui créent du consensus. Mais la solution est complexe pour deux raisons majeures : 1 - Le développement économique mondial repose sur la combustion massive du charbon, la moins chère et la pire des énergies fossiles pour le climat et la santé humaine. 2 - Imposer la restriction de sa consommation, cest porter atteinte à la souveraineté des Etats dans leurs choix énergétiques. Et on nest pas au bout de la galerie, car les ressources planétaires en charbon sont très abondantes et sa consommation croissante va accélérer le réchauffement climatique. Alors comment réunir toutes les forces ? A la conférence de Paris le public et les ONG répondront au rendez-vous et les politiques du monde entier seront en embuscade pour négocier le meilleur compromis entre la limitation des risques climatiques et le développement économie de leur pays. La question est : jusquou pousser le curseur entre mesures incitatives pour lesquelles il est plus facile dobtenir un consensus, et mesures contraignantes qui seront rejetées par une majorité de pays. Des ouvertures encourageantes se dessinent en Chine et aux Etats-Unis, les deux principaux émetteurs de C02, mais ne nous leurrons pas, jamais les USA nont ratifiés de traité onusiens (à part le Traité de lAntarctique), ce qui ne veut pas dire quils ne font rien. Un groupe de grands industriels et hommes daffaires américains a décidé de porter une initiative quils ont baptisée The Risky Business. On y trouve notamment Michael R. Bloomberg lancien maire de New York, touché au cSur et profondément au portefeuille par louragan Sendy. « La diversité de nos milieux professionnels, de nos opinions politiques, et nos multiples expériences dans la gestion de grandes entreprises complexes, sous-tend que nous ayons des points de vue différents sur le changement climatique. Même si nous pouvons être en désaccord sur les réponses appropriées, nous voyons tous la même chose qui se profile : le changement climatique est un problème urgent qui requiert toute notre attention ». Il serait souhaitable que des industriels et des hommes daffaire français et européens constituent un groupe du même ordre, pour apporter le poids de leur expérience de terrain et proposer des solutions réalistes sur les économies dénergie, les énergies décarbonées , le marché des permis démission de carbone, afin de rompre la spirale ascendante des coûts exorbitants des désastres climatiques annoncés. Un bon fédérateur serait lAcadémie des Technologie où un noyau dexpert fait un travail remarquable sur ce sujet. La Terre souffre dune fièvre chronique et nous entrons dans la phase des complications ; il est temps dagir efficacement.
Risky Business
 
 
 
 
 
Contact Lettre d'information Aide Crédits Mentions légales Espace presse
Jean-Louis Etienne  English version
Septième continent - La maison d'édition